Mes derniers dossards

  • Mes derniers dossards

    11/09/2022 – Mon premier 5000m en eau libre

    Ce n’était pas prévu mais quand j’ai vu l’annonce d’une étape de coupe de France près de Brives, au lac du Causse; je n’ai pas hésité longtemps. Le plus long a été de me décider entre le 3000m ou le 5000m

    Pas préparé pour la distance, j’ai opté pour le 5000m en simple maillot de bain

    Les derniers jours précédent la compétition, ma coach a diminué mes entrainements dans les 3 disciplines pour que j’arrive fraîche à défaut d’être bien entrainé pour la distance

    Le matin de la course, je prends un petit déjeuner complet : thé vert, pain avec du miel, un fruit et des céréales comme d’habitude. Départ à 8h, c’est parti pour un peu moins d’une heure de voiture en famille. Il fait un temps superbe, on a prévu le pique-nique

    J’arrive sur le plan d’eau que je ne connais pas. Tout m’est inconnu mais je me sens super à l’aise. Les nageurs s’échauffent sous des tentes, ils sont bien au chaud dans leur survêtement.

    Pas de temps à perdre, je ne suis pas très en avance. Je vais au retrait des bonnets, on me remet un coupe ongles « vous devez couper vos ongles de mains » je m’exécute en 2′ chrono et on me remet mon bonnet et un transpondeur ????

    En fait, c’est une puce qu’il faut attacher à mon poignet. Là, intérieurement, le stress monte car je n’aime pas nager avec quelque chose au poignet. D’ailleurs, je déteste nager avec une montre et je sens que ce truc va me gêner. Les montres sont interdites, ça tombe bien, je n’en ai pas. Je demande si je peux attacher le transpondeur à la cheville et on me répond que non, car il faudra taper la plaque à l’arrivée avec la puce au poignet. On me marque les bras, le dos avec le numéro de bonnet qui m’est attribué

    Heureusement, un entraineur d’Ile de France, super sympa, me dit qu’il va me fixer le transpondeur de manière à ce que je ne le sente pas; ouff je ne vais pas perdre mes sensations et surtout mes appuis. Il est calé en triathlon, on échange quelques mots, il me donne quelques conseils

    OK, c’est bon, la logistique est faite et je peux commencer à m’échauffer à sec. Je suis la seule en maillot de bain quand tout le monde est couvert, au chaud à se faire masser les bras avec les pistolets masseur Mais je me sens bien, confiante, concentrée dans ce que je vais devoir faire. Je sais que je vais nager avec des nageurs très costauds, rompus à ce genre d’épreuves

    Au programme, 2 boucles de 2,5 kms jalonnées de seulement 6 bouées. Le parcours n’est pas évident On est loin des rectangles, il y a des diagonales, des algues (qui se révèleront piquantes), peu de nageurs engagés, donc pas beaucoup de pieds à prendre et un départ dans l’eau

    Mon plan est de terminer et d’accélérer si j’en ai les moyens dans le deuxième tour

    Ça va commencer. L’arbitre nous appelle un par un sur le ponton. Une fois tous réunis, nous devons aller dans l’eau, derrière une ligne amarrée à un bâteau et au ponton. Il règne pas mal d’agitation entre les nageurs tous veulent prendre la meilleure place et l’arbitre est obligé de nous faire reculer

    3,2,1 c’est parti ! je me suis positionnée à la corde en deuxième ligne et je prends un très bon départ. Les premiers 100 mètres sont assez violents, je me prends un gros coups dans la hanche que je sentirai pendant quelques minutes

    Je n’ai jamais effectué une telle distance donc je pars très relâchée sur la première boucle, hyper concentrée sur mes trajectoires qui sont parfaites; j’ai déjà quasiment fait un tour, je me rapproche du départ et j’aperçois sur la berge au loin deux silhouettes et je devine mon papa et Jerome. Ils sont trop loin pour m’encourager mais je les vois et ça me fait du bien. Du coup, j’en profite et respire que sur la droite pour les voir plusieurs fois. Arrive la fin de la première boucle, je n’ai plus mal à la hanche et me sens bien. Je me dis que c’est là qu’il faut accélérer. Jerome est là et m’encourage. Ça me fait du bien encore une fois et cette fois-ci il est tout prêt, je l’entends

    Je continue, solide, je rejoins deux nageurs. Arrive le moment du parcours le plus compliqué avec une longue diagonale et aucune bouée intermédiaire. J’hésite entre continuer sur ma lancée solitaire et doubler les deux nageurs ou rester à leur côté pour tenir le bon cap. Je choisis de rester avec eux le temps de cette traversée. Ensuite, je me détache pour la fin du parcours. Je poursuis mon effort, je suis bien

    A environ 1 kilomètre de l’arrivée, j’aimerais accélérer mais ça ne répond pas comme je le voudrais, je sens que la fatigue se fait sentir, mes trajectoires sont moins bonnes, je me fais doubler. C’est pas grave, je donne tout ce qu’il me reste, je suis super heureuse et je vais taper cette fameuse plaque

    Le chrono s’affiche : 1:22:53, 1’39/100m en maillot de bain, je suis plus que ravie.17 ème sur 34 au classement général, 7ème sur 16 femmes et au pied du podium Master

    S’en suit une bonne douche pour enlever les traces de marqueurs, j’aide une fille à enlever son maillot de compression qui lui arrive jusqu’aux chevilles. Elle n’est pas la seule à en avoir un, d’ailleurs c’est la majorité. Je leur demande si la différence est importante avec un maillot de bain. Elles sourient un peu, en m’expliquant, qu’il n’y a pas besoin d’être gainé, la glisse et la flottaison sont augmentées

    Ce long effort solitaire m’a conquis. J’ai attrapé le virus de la nage en eau libre. Je reviendrai au lac du Causse, mieux préparé, c’est certain. Je prévois des courses en eau libre en 2023 en complément et préparation de mon championnat du monde de triathlon 70.3 qui aura lieu en Finlande au mois d’août 2023

    Natation en eau libre pour la coach Claire Pola de Limoges
  • Mes derniers dossards

    70.3 Lanzarote – 19/03/2022

    Pour ouvrir la saison, j’ai participé au 70.3 de Lanzarote. Une course exigeante par ses parcours venteux, en relief sous un beau soleil. Le plateau de compétiteurs international est très relevé sur cette course mythique.

    Résumé de ma course

    Malgré un mauvais cap qui me fait perdre quelques secondes; j’effectue une très bonne natation (1,9 kms – 31:46) qui me permet de sortir en tête de l’eau de ma catégorie d’âge. S’enchaine un bon vélo (92 kms – 1315m D+ à 28,4 km/h de moyenne) avec pas mal de vent de face dans les ascensions, une grosse portion de faux-plat descendant à faire deux fois dans laquelle je prends un peu de retard. Une course à pied (21 kms – 4’56 km/moyenne) en 4 boucles avec 2 passerelles en tôle ondulée par boucle, à escalader à chaque tour. Le vent s’est calmé, la chaleur commence à se faire sentir et je donne le maximum pour terminer cette course. Je regagne du terrain sur les 2 filles devant moi et termine en 6ème position /19 de ma catégorie – 331ème/831 tout confondu

    Je sors de cette compétition satisfaite car j’ai pris beaucoup de plaisir et il est difficile d’être en forme si tôt dans l’année. Le résultat est très encourageant pour la saison.

    La suite sera axée sur davantage de vélo pour préparer les prochaines échéances ?‍♀️

    Je vous remercie pour vos messages avant et après la course et merci de me suivre sur les réseaux sociaux ?

  • Mes derniers dossards

    Ma saison 2021

    Une saison marquée encore par l’annulation des courses en raison de la pandémie. Je n’ai donc pas pu participer à des cyclosportives comme j’ai l’habitude de le faire au Printemps.

    Néanmoins, j’ai eu de très bons résultats sur mes deux objectifs triathlons de l’année : 70.3 Andorre et 70.3 Vichy

    Triathlon 70.3 Andorre – 4 Juillet 2021

    Un superbe parcours, 2 fois la montée du col d’Ordino, crevaison avant la deuxième ascension qui me coûte la deuxième place – Solide jusqu’à la fin, je fais le premier temps course à pied de ma catégorie qui me permet de rester sur le podium

    Troisième place sur le podium de ma catégorie

    Triathlon 70.3 Vichy – 21 Août 2021

    Belle gestion de course sur le vélo, 1er temps natation et course à pied

    Deuxième place sur le podium de ma catégorie

    Qualification au Championnat du Monde Triathlon 70.3

    Obtenue en Andorre, j’ai gagné ma qualification pour la course rêvée des triathlètes. Malheureusement, je n’y participerai pas en 2021 à cause de la fermeture des frontières mais ce n’est que partie remise

    Claire Pola, sélectionnée au Championnat du Monde 70.3

    Marathon de Berlin – 26 septembre 2021 – 3h32

    Beaucoup de stress avant cette course car un marathon reste quelque chose d’imprévisible. D’autant que la météo est chaude. Je prends donc un départ très prudent et mène une course parfaite. Je suis concentrée, en gestion. Je réalise un deuxième semi-marathon plus rapide que le premier.

    Une très belle année sportive et personnelle, merci pour vos encouragements. Il est temps de prendre un peu de repos pour mieux repartir en 2022